© Copyright © 2014 - 2020 www.chriseverett.fr


Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google Bookmarks

Crédit photo & vidéo

Mentions Légales

Chris n’est âgé que d’une douzaine d’années lorsque durant des vacances à Fréjus un copain « avé l’accent » lui fait écouter « L’Idole des Jeunes » et « Ma Guitare » de Johnny. C’est pour lui une bonne grosse claque comme on n’en prend que 3 ou 4 dans toute une vie ! Dès lors, il veut tout savoir sur cette musique que l’on appelle Rock’n’Roll. De retour chez lui, en fouillant dans les vinyles de son père il découvre alors Eddie Cochran, Eddy Mitchell, Chuck Berry et surtout Elvis Presley. Là, plus de doute dans son esprit de pré ado, même si les films de John Wayne l’ont longtemps conforté dans l’idée que son avenir était de devenir un jour comédien, il sera chanteur de Rock’n’Roll. Et à défaut d’avoir des copains musiciens adeptes de cette musique pour pouvoir monter un groupe, il travaille tous les jours ses vocalises en reprenant a cappella, et dans un « yaourt » parfait, les titres de ses nouvelles idoles.


Le temps passe et il se décide enfin à enregistrer, dans un véritable anglais désormais, une maquette de 2 titres d’Elvis « A Fool Such As I » et « Wear My Ring Around Your Neck », dans un petit studio de banlieue parisienne. N’ayant toujours pas de musiciens attitrés, il doit faire avec ceux que lui propose le régisseur du studio et qu’il présente comme d’un très bon niveau. Problème, il s’avère que seuls le guitariste solo et le contrebassiste sont à la hauteur. Le batteur a du mal à suivre le tempo alors qu’il est censé le donner, quant au pianiste, il ne sait tout simplement pas déchiffrer une partition… de piano ! Bref, l’unique journée d’enregistrement tourne au quasi fiasco et le résultat ne convainc pas les maisons de disques qu’il contacte.



Pas découragé pour autant, il continue à éplucher méticuleusement les petites annonces musicales, qui malheureusement sont toutes aussi décevantes les unes que les autres par leur manque de sérieux. Mais un jour, l’une d’elles propose une audition pour enregistrer 2 titres de Rock’n’Roll. L’audition, qui se fait sur bande-son, se passe bien et il est sélectionné. Les semaines, puis les mois passent, mais le producteur repousse toujours la date d’enregistrement, assurant que ce serait pour bientôt et que ce n’était plus qu’une question de temps pour qu’il réunisse les fonds nécessaires. Rien d’autre à faire que d’attendre donc. Puis un jour, en lisant par hasard un journal de quartier gratuit, il tombe sur la photo de son fameux producteur. L’article indiquant que ce dernier était sous les verrous pour tentative d’assassinat sur ses… parents ! Il comprend alors la signification du « bientôt » que lui avait lancé ce sinistre individu à propos d’une rentrée d’agent imminente. Un peu dégoûté et Internet n’étant alors pas aussi performant qu’aujourd’hui pour faire des rencontres sérieuses, rapides et nombreuses de bons musiciens, il délaisse peu à peu ses recherches se contentant dès lors de chanter sur des bandes playback à l’occasion de réunions de famille ou entre amis.



Il se tourne alors vers son autre passion de jeunesse, la comédie. Il s’inscrit aux « Cours Florent » qu’il suit près de 3 années. Il tourne dans des courts et moyens métrages, fait un peu de figuration, tient quelques rôles dans des films et téléfilms, joue dans quelques pièces de théâtre et se produit même au Festival d’Avignon en 2003, mais rien de décisif. Parallèlement, pour assurer le quotidien, il enchaîne les petits boulots jusqu’au jour où, via son ami avec lequel il fera Avignon, il rencontre l’un des chefs de rubrique du célèbre magazine informatique « SVM », qui deviendra son ami et qui est hélas aujourd’hui disparu. Ce dernier cherchant désespérément des journalistes pour faire face à la terrible surcharge de travail du moment. Il faut dire que nous sommes à l’aube des années 2000 et c’est un véritable tsunami de publications informatiques qui déferle sur les kiosques à journaux. Ça tombe bien Chris est un passionné d’informatique grand public. Il fait alors un essai qui est concluant et le voilà qui devient journaliste pigiste. Outre « SVM », il collabore, entre autres, avec « Micro Hebdo » (dont il sera le « Docteur Micro » attitré durant 9 ans), « L’Ordinateur Individuel » et « Micro Actuel » pour ne citer que les plus connus. Motard averti, il travaillera aussi par la suite pour les magazines « Moto Journal », « Moto Conso » et même pour des magazines de 4x4 et d’utilitaires. Tout cela l’occupant à plein temps durant de nombreuses années pendant lesquelles il n’a pas la possibilité de se consacrer sérieusement à des projets artistiques d’envergure.




Mais on n’oublie pas aussi facilement ses premières amours ! Alors, début 2013 il repart dans sa quête du « Graal » en visitant différents sites de musiciens. C’est en parcourant le site « Audiofanzine » qu’il tombe sur une annonce taillée sur mesure pour lui puisqu’on y cherche un chanteur de Rock’n’Roll pour un projet de groupe de Medley. Il passe l’audition et est retenu. Le projet traîne quelques mois, puis comme souvent, tombe à l’eau. Mais qu’importe ! Car ce projet avorté lui a cette fois permis de faire enfin la connaissance de musiciens de qualité prêts à l’accompagner. Et son premier concert officiel aura lieu le 13 juillet 2014 dans la grande salle du Safran à Brie-Comte-Robert. Viendront ensuite des prestations dans des lieux musicaux reconnus comme « Le Réservoir », le « Jazz Café Montparnasse », le «Palais des Congrès de Parthenay », le « Cosy Montparnasse », « La Chapelle des Lombards », « Le Balajo » ou le « PAU Brasil ». En 2018 il est remarqué par Dany Solo producteur de la tournée « Nos Plus Belles Années » qui l’y intègre aux côtés d’artistes reconnus tels que Michel Orso, Les Vagabonds, Danny Boy et Fabienne Thibeault, bref, l’aventure ne fait que commencer…To be continued…

Bio Rapide de Chris